RESSOURCES  / BLOG

Blog

  • Les Ateliers Gordon

J'aime écouter, mais là je ne peux pas : Que faire en cas d'inondation émotionnelle ?



Vous savez ce que vous devriez faire.


Vous savez, quelque part au fond de votre cerveau logique et opérationnel (qui est actuellement hors d'atteinte ; il vous reviendra, mais pas tout de suite), que vous devriez écouter.


Juste écouter. Et même pas de l'ÉCOUTE ACTIVE. Une écoute de base, simple : s'asseoir et écouter.


Ah mais non, en ce moment, vous ne pouvez pas.

Quelque chose a déraillé.


Peut-être était-ce un e-mail, une sirène hurlante, ou le chien qui a renversé votre vase préféré. Bref, là maintenant, vous ne pouvez tout simplement PAS écouter.

Juste parce que ce truc vous a fait sortir de vos gonds et que vous mettrez un certain temps pour vous en remettre.


Qu'est-ce qui vient de se passer, et que faire maintenant ?


Vous venez de découvrir par hasard combien de gouttes d'eau sont nécessaires pour remplir votre vase émotionnel !


La zone d'acceptation dans votre fenêtre de perception est (pour l'instant !) de la taille d'un grain de riz et la situation pourrait bien se dégrader encore.


En bref : vous êtes émotionnellement inondé.


L'inondation émotionnelle est générée quand une série de stimuli, d'exigences, de problèmes, de stress, l'environnement... bref, la vie quoi, s'additionnent, s'additionnent, s'additionnent et s'additionnent encore. Et à un certain niveau, ils empêchent notre cerveau rationnel (qui ne fait pas le poids face au cerveau émotionnel, globalement) à moduler nos centres émotionnels et nous réagissons alors comme un enfant trop fatigué dans une épicerie à qui on vient de dire qu'il ne peut pas avoir de bonbons.


Nous rajeunissons, de façon spectaculaire.

Oui, même les adultes !


Nous ne connaissons pas notre seuil de tolérance avant que la coupe émotionnelle ne déborde. En général, il y a un déclencheur et soudain cela nous submerge.



Que faire lorsque vous êtes émotionnellement inondé pour sauver vos relations ?



L'inondation émotionnelle est un état physiologique, et non un état psychologique.


Vous avez peut-être entendu l'expression "se battre ou s'enfuir", et c'est la description complète la plus précise de ce qui arrive au corps humain lorsqu'il est submergé et émotionnellement inondé. Le système nerveux parasympathique, dont le rôle est de nous maintenir en vie et de nous protéger contre les prédateurs, libère une poussée d'adrénaline, et nous sommes censés utiliser toute cette énergie instantanée pour COURIR VITE MAINTENANT ou pour SE BATTRE INTENSEMENT.

C'est simplement ce que notre corps veut faire, et dans un état d'inondation émotionnelle, notre moi rationnel ne pilote plus - c'est notre corps qui pilote.


C'est pourquoi il est essentiel de reconnaître les symptômes de l'inondation émotionnelle et d'être capable de s'éloigner lorsque vous ressentez ces signes.


Heureusement, la même prescription qui fonctionne pour les enfants en bas âge en crise aide aussi les adultes à rétablir leur équilibre et à réparer les dégâts après l’inondation.


1. S'éloigner pendant au moins 20 minutes.

S'éloigner ne devrait pas être difficile ; votre corps hurle "cours !". Trouvez un moyen de vous éloigner physiquement de la ou des sources de stress ou de conflit pendant au moins 20 minutes pour permettre aux phénomènes physiques du déluge émotionnel de se dissiper. (L'adrénaline et d'autres composés doivent être éliminés des tissus de votre corps par vos processus métaboliques. Ils disparaissent, et rapidement - mais pas instantanément. La volonté n'aide pas. Ne laissez pas les demandes de se dépêcher et de se remettre de cette situation - la vôtre ou celle de n'importe qui d'autre - interférer avec ce processus, ou vous risquez d'être rapidement re-inondé).


2. Engagez de l'énergie dans une activité physique.

En même temps changez-vous les idées et mobilisez votre corps. Marchez vite, battez des tapis, enfoncez des clous, soulevez des poids, faites des pompes, allez courir si c'est votre truc. Et concentrez-vous entièrement sur cette activité avec l’objectif d’y injecter toute votre adrénaline, qu’il s’agisse de plier du linge, classer de la paperasse, faire la vaisselle ou marcher dans le quartier. Concentrez-vous sur les sensations corporelles auxquelles vous pouvez vous connecter à ce moment-là. Ne laissez pas votre esprit revenir à la conversation qui a suscité vos émotions. Concentrez-vous sur ce que vous voyez, entendez, sentez et goûtez le moment présent pendant ce temps que vous vous accordez.


3. Ensuite, évaluez les dommages causés à la relation et présentez des excuses si nécessaire.

Allez, soyons honnêtes : après une crise, il va bien falloir essayer de recoller les pots cassés ; et, tant bien que mal, la plupart des personnes à qui vous présenterez vos excuses seront prêtes à vous entendre. Même à vous écouter. Si vous avez besoin de conseils spécifiques, nous pourrons vous aider. Mais là, immédiatement après un débordement émotionnel, vous devriez surtout prendre soin de vous avant de vous soucier de votre réputation – si vous réparez votre communication avec les autres c’est d’abord parce que les relations et une bonne communication vous nourrissent et vous aident à vous sentir à l’aise dans vos relations avec les autres - au travail, à la maison et ailleurs.


Ecrit par Denise Montgomery le 17 décembre 2020

Source : https://www.gordontraining.com/leadership/love-to-listen-but-i-cant-even-what-to-do-in-case-of-emotional-flooding/