RESSOURCES  / BLOG

Blog

  • Les Ateliers Gordon

Comment occuper les enfants, en répondant à leurs besoins fondamentaux ?


Comment occuper les enfants pendant le confinement ou tout autre situation exceptionnelle, en répondant à leurs BESOINS FONDAMENTAUX ?


Depuis le 16 mars 2020, en raison du COVID 19, la France se trouve confinée. Un peu plus de 12 millions d’élèves des écoles, collèges et lycées en France, sont concernés, soit 18,5 % de la population française. Ceci est une source d’inquiétude visiblement plus pour les parents que pour les enfants….


Ces 2 mois sans école nous permettent d’expérimenter d’autres formes d’apprentissages. Ce temps d’apprentissage effectif à l’école n’est pas de 100 % en raison des capacités de concentration de chacun – les élèves ne sont pas des ordinateurs ! et rappelons qu’un enseignant accompagne en moyenne entre 25 et 40 élèves, ce qui réduit de fait les interactions individuelles avec chaque élève.


Pour se rassurer, allons voir du côté de l’instruction à domicile dont près de 25 000 jeunes soit 0,3 % des enfants de 6 à 16 ans bénéficient – CNED ou en famille (recensement 2017). L’instruction est obligatoire en France, mais pas l’école

L’instruction à domicile efficace n’est pas la reproduction de l’école. A la maison, pour être efficace, le style éducatif sera plus soucieux du rythme, des besoins, des intérêts et de l’autonomie de l’enfant et il existe une grande diversité de pratiques d’instruction à la maison... La socialisation ne sera pas oubliée via la fréquentation d’autres enfants au cours des activités extra-scolaires et des réseaux sociaux, contrôlés bien évidemment.


Cette période exceptionnelle qu’est celle de l’épidémie de COVID 19 et du confinement est l’occasion d’expérimenter a minima cette « instruction à domicile ». Celle-ci comprend une grande partie d’apprentissages par des activités de la vie quotidienne dans laquelle elle vient s’insérer : en mettant le couvert, le petit apprendra à dénombrer, trier, organiser spatialement... En aidant à jardiner, il entrera dans la connaissance du vivant, mais également dans la motricité fine. Il apprendra à « cultiver son jardin » dans tous les sens du terme…

Beaucoup d’activités de la maison mettent en œuvre des activités cognitives multiples et fondamentales : apprentissage et entraînement d’activités de lectures, activités numériques, mais également fonctions exécutives…


Quoi qu’il en soit, réussir avec succès cette période de confinement à la maison avec les enfants, dans une période chargée en émotions, voire en stress, c’est prendre en compte les besoins de l’enfant afin des les satisfaire au mieux tout en respectant nos besoins personnels.

Ceci n’évite pas les émotions désagréables pouvant générer de fortes tensions, mais contribue à mieux les accueillir et les accompagner.

C’est pourquoi il nous a semblé intéressant de partir de ces besoins pour construire des activités propres à les satisfaire.


Plusieurs représentations de besoins ont été modélisés, la plus célèbre étant celle de la pyramide de Maslow dont le schéma suivant est inspiré et complété par d’autres approches : Gordon, Rosenberg - schéma de C. Marsollier en 2011.



Cet article a pour objectif de vous proposer des ressources pour chaque besoin, en fonction de vos besoins à vous aussi avec des liens vers des sites et documents pour approfondir !


1/ La santé passe par :


- Une nourriture équilibrée mais qui fait plaisir : c’est l’occasion que chacun puisse exprimer ses souhaits et faire une proposition culinaire à réaliser seul.e ou avec aide ! Et pour cela, on peut demander des recettes aux anciens, consulter internet, un livre de cuisine, écouter une émission culinaire – que de ressources s’offrent à nous !

- Une activité physique : elle est essentielle. L’activité physique n’est pas que la pratique sportive ! Bouger dans la maison, c’est déjà manipuler : aider à ranger, cuisiner, bricoler, coudre, réaliser des œuvres artistiques. Par ailleurs, de nombreuses ressources ludiques et attrayantes sont disponibles sur internet, par exemple les défis quotidiens de l’USEP 91. Un article est également disponible sur le site des Ateliers Gordon : « Bouger ! à la maison » des conseillers pédagogiques EPS de l’Essonne.

Une fiche de motricité est disponible ici avec d’autres liens accessibles directement selon les envies et besoins de chacun


2/ Le cadre, la sécurité et la confiance


L’enfant et l’adolescent peuvent parfois montrer des signes d’inquiétude face à cette situation exceptionnelle. Ce sont de véritables « éponges » émotionnelles et l’angoisse des adultes, leur tristesse sont d’autant plus stressants qu’ils n’en ont pas les clés.

La sécurité matérielle et affective sont essentielles et reposent sur un cadre sécure et la confiance qu’ont les enfants dans leurs parents.

Sincérité et authenticité chères à l’approche Gordon sont ici plus que jamais de mise.

Pour venir en aide à vos enfants et adolescents, voici plusieurs conseils :

· Prenez du temps pour parler de l’épidémie de Covid-19 avec eux s’ils le souhaitent ;

· Répondez à leurs questions de manière factuelle et compréhensible, dans un langage accessible pour eux et adapté à leur âge ;

· Lisez-leur/partagez des histoires, des contes, des mythes pour répondre aux questions, mais également les aider à s’évader ;

· Rassurez-les sur le fait qu’ils sont en sécurité ;

· Restez à l’écoute et acceptez qu’ils se sentent éventuellement débordés par la situation ;

· Partagez avec eux vos stratégies pour faire face à votre propre stress, afin qu’ils apprennent de vous ;

· Limitez l’exposition de votre famille aux couvertures médiatiques ;

· Essayez de mettre en place et de maintenir des routines, notamment des horaires pour les activités scolaires à la maison et pour les loisirs de vos enfants ;

· Soyez un modèle pour eux ;

· Maintenez les contacts avec les amis et les membres de la famille.

L’hôpital Robert Debré a mis à disposition un ensemble de fiches fort intéressantes.

En voici quelques titres :

- Télétravail et gestion des enfants : mission impossible

- Mon enfant prend du poids et gère ses émotions avec la nourriture…. (et moi aussi)

- Mes enfants se bagarrent toute la journée durant le confinement

- Comment gérer les comportements d’opposition et les crises de rage pendant le confinement ?

- Planification de la journée en période de confinement pour les enfants 3/11 ans


3/ Appartenance et considération


L’être humain étant un « animal social », l’appartenance au groupe est fondamentale pour son bien-être. Les jeunes comme les adultes ont besoin de considération de la part des différents groupes auxquels ils appartiennent (famille, amis, groupe sportif…). Le confinement par la force des choses réduit le tissu relationnel avec interactions concrètes à des relations uniquement intra familiales, là où l’enfant et le jeune construisent leur appartenance au groupe social de leurs pairs.


Si cette période peut permettre aux jeunes de renforcer le sentiment d’appartenance au groupe-famille (parents à la maison et grand-parents par des liens réguliers via le téléphone et autres medias), elle a tendance à distendre les liens avec les camarades et les amis, de part la réduction des interactions sociales physiques. Certes les réseaux sociaux existent mais l’on sait le danger qu’ils peuvent aussi représenter. Là encore, il est important d’accompagner le jeune par rapport à l’utilisation d’internet. Ce n’est pas en interdisant mais en formant et en accompagnant que l’enfant arrivera à un usage raisonné de la communication via les réseaux sociaux et internet.

Nous vous proposons sur ce sujet un lien intéressant de Serge Tisseron : « le confinement : les écrans autrement »


Et en conclusion, n’oublions pas la motivation qui est le moteur de toute activité : pour être motivé, il faut être rassuré, félicité et encouragé.

Toutes les activités déclinées ci-dessus peuvent être des défis qui déboucheront sur la réussite, qui vient directement activité notre circuit de la récompense !


On peut ainsi sur différents sujets, construire un défi qui aboutira à une « récompense ». Ceci peut être collectivement construit par la famille avec le « vase de la récompense ». Chaque membre de la famille qui aura réussi son propre défi viendra porter un haricot ou une perle, ou une graine, dans un pot (plus ou moins grand…) transparent (pour voir la progression). Ainsi quand le pot sera rempli, il y aura une « récompense globale » pour toute la famille choisie ensemble.


Donnons un exemple concret :

Paul 6 ans s’est donné pour défi de mettre le couvert de midi tous les jours : A chaque fois que Paul a mis le couvert (les critères de réussite auront été posés au préalable), il portera un haricot dans le vase.

Marie 15 ans s’est donné pour défi de se lever tous les matins à 7h30. Chaque matin où elle a réussi son défi, elle porte son haricot dans le pot.

Pierre, le père, s’est donné pour défi de faire la cuisine tous les soirs.

Sylvie, la mère, s’est donné pour défi de faire 1/2h de gym tous les jours à 9h

Etc….

Lorsque le pot sera rempli, la famille bénéficiera d’une récompense collective qu’elle aura choisie au préalable au sein d’un « conseil de famille ». Ici, ce sera : des billets pour aller au Parc Astérix... Quand il réouvrira !!!!

Et maintenant !

Bonne chance, et que cette période vous permette d’oser ce que vous n’avez jamais osé sans jamais oublier d’en parler !


Par Marie-Claude Bloch, formatrice Gordon