RESSOURCES  / BLOG

Blog

  • Les Ateliers Gordon

"Il était une fois, un morceau de pain trempé dans un verre d'eau..." - Ou mes valeurs en question



Nous sommes à table en famille en train de diner, chacun a devant lui son assiette, ses couverts et un verre d'eau. En face de moi, ma fille de 5 ans, pour qui je fais tant d'efforts pour être la « meilleure » maman possible !! Avec ce souhait, j’imagine, comme nombre de parents, de lui transmettre tout ce qui est important pour moi. Par exemple, à la maison, « bien » se tenir à table, c'est important, manger proprement aussi et tout ce genre de choses ...

Tout va bien, je suis détendue, je savoure ce moment quand je vois ma fille prendre son morceau de pain placé devant elle, (tout juste sorti de la boulangerie, encore chaud et craquant) pour le tremper dans son verre d'eau...


Immédiatement, mon corps lance une alerte ! Je ressens intérieurement une espèce de petite décharge électrique qui me signifie que ce comportement n'est pas acceptable pour moi.

Que nos réactions émotionnelles sont fulgurantes ! Avant même que je me dise quoi que ce soit, mon corps m’a bien envoyé un signal que là, il se passe quelque chose qui ne va pas du tout ! Je m’entends dire (crier peut être ???) :

« Non nonnon ! Ne trempe pas ton pain dans l'eau ! Hooooo, c'est vraiment dégoûtant ! ».


Et là, à son tour, ma petite fille me fixe l’air sidéré, ne comprend pas visiblement ma réaction et retire son morceau de pain pour le manger tranquillement !


Puis, je m'apaise, me recentre sur ce qui vient de se passer, et essaie de comprendre : pourquoi une telle réaction devant un petit bout de pain trempé dans un verre d’eau ? Je me lance donc dans le petit dialogue interne suivant :


« Pourquoi ne doit-on pas tremper son pain dans l'eau ? »

« Eh bien, parce que ça ne se fait pas, tiens ! »

« Ah ... mais pourquoi ça ne se fait pas ? »

« Heu ... on m'a souvent grondée à la cantine quand je le faisais, et à la maison aussi d'ailleurs ... »

« Ok, ta fille trempe son pain dans l'eau, mais toi, tu l'as bien trempé dans la sauce du poulet il y a quelques minutes à peine ! »

« Ah oui, mais là c’est pas pareil ... »

« Ah bon ! et pourquoi c’est pas pareil ? »

« Ben parce que ... Parce que c’est comme ça ! »


Et là, j’avoue que je ne sais plus trop quels arguments trouver pour expliquer que pour la sauce c’est « oui » et pour le verre d’eau c’est « non » . Et pour ma fille en tous cas, cette différence entre ce qui se fait ou pas, n’a pas l’air évidente (car là elle recommence pendant que je me pose toutes ces questions ...).


Cette scène se déroule il y a quelques années, alors que je viens de participer à un atelier Gordon Parents. Je me rappelle alors que l’approche Gordon nous invite à identifier ce qui se passe lorsque nos valeurs sont touchées...et j’ai bien l’impression que c’est de cela dont il s’agit : j’ai réagi aussi vivement parce que le comportement de ma fille vient impacter chez moi une valeur éducative !


Je me rends compte que ma réaction est dûe à un bon vieux conditionnement transmis de génération en génération dans ma famille ... Je me revoie avoir tenté de le faire, enfant, et avoir entendu « Nooon ! Ca ne se fait pas ! »


Ainsi donc, j’ai fini par intégrer ce que mes parents et grands-parents m’ont transmis, sans trop savoir le pourquoi de l’histoire ! Et moi-même, je répète ce comportement aujourd'hui avec ma fille. Oh oh ... très intéressant !! Ceci explique peut-être cette réaction épidermique devant ce que fait ma fille : c’est que moi-même, je ne sais pas pourquoi je réagis aussi fort puisque tout cela est non conscient.

Me rendre compte de tout ce processus m’allège d’un coup, et m’aide à prendre de la distance !


J’essaie alors, comme nous l’avons vu lors d’un atelier Gordon de sortir de la dimension « valeur » concernant le comportement de ma fille, et de revenir sur des éléments plus concrets dans cette situation.


Finalement, ce qui peut me déranger, c'est que l'eau du verre est sale et donc, pour moi, « imbuvable » après le passage du pain. Enfin, ça c'est ce que je continue à me dire, c’est ma vision du monde... parce que si je ne dis rien, et que je ne transmets pas le dégoût que je ressens à ma fille, peut-être qu’elle boira l'eau ! Et est-ce que c'est vraiment « sale » de boire cette eau ?


Cette séquence d’un petit bout de pain trempé dans de l’eau m’aura aidé à réfléchir. Lorsque je dis « non », j’ai l’impression que j’ai plus de libre arbitre, j’essaie de faire la part entre ce que je pose comme un acte éducatif auquel je donne du sens, et une réaction que j’aurai, par rapport à ce qu'on m'a autorisée ou pas, à dire ou faire quand j'étais enfant.


Notre héritage familial est précieux, et fait partie intégrante de la façon dont nous nous sommes construits. Essayons simplement de faire la part des choses entre ce qui nous aide et ce qui parfois ne nous appartient pas !

Vive les petits dialogues internes !


Tilda Cassan, Formatrice en Communication Efficace et Bienveillante Gordon