top of page
RESSOURCES  / BLOG

Blog

  • Thomas Gordon

Comment les parents peuvent-ils inciter leurs enfants à leur parler ?


Grâce au "langage de l'acceptation", les enfants peuvent se sentir en confiance et se confier.


Ce langage leur permet de partager leurs émotions et leurs problèmes. Les thérapeutes et conseillers professionnels ont montré à quel point cette attitude d'acceptation peut être puissante. Les thérapeutes et les conseillers les plus efficaces sont ceux qui parviennent à faire comprendre aux personnes qui viennent leur demander de l'aide, qu'elles sont réellement acceptées.


Le "Langage de l'acceptation"


Un des retours fréquents des personnes en consultation est qu’elles se sont senties totalement libérées du jugement du thérapeute ou coach.

Ils disent qu'ils ont expérimenté la liberté de lui confier les pires aspects d'eux-mêmes - ils ont senti que leur thérapeute les accepterait, quoi qu'ils disent ou ressentent. Cette attitude d’acceptation est un des leviers essentiels de la thérapie, permettant croissance et changement.


À l'inverse, ces professionnels du changement nous ont également appris que l'absence d'acceptation a trop souvent pour effet de refermer les gens, de les mettre sur la défensive, de les mettre mal à l'aise, de leur faire craindre de parler ou de s'observer.


Ainsi, une partie du "secret du succès" de la capacité du thérapeute professionnel à favoriser le changement et la croissance chez les personnes en difficulté est

  • l'absence d'inacceptation dans sa relation avec elles

  • et sa capacité à parler le langage de l'acceptation, de manière à ce qu'elle soit véritablement ressentie par l'autre.


Une compétence importante également pour les parents !


En travaillant avec des parents lors d'ateliers Gordon, nous avons démontré qu'il est possible d'enseigner aux parents les mêmes compétences que celles utilisées par les professionnels de la relation d’aide. La plupart de ces parents réduisent considérablement la fréquence des messages qui véhiculent l'inacceptation et acquièrent un niveau très élevé de compétences dans l'utilisation du langage de l'acceptation.


Lorsque les parents apprennent à manifester par leurs paroles un sentiment intérieur d'acceptation envers un enfant, ils sont en possession d'un outil qui peut produire des effets étonnants.

Ils peuvent contribuer à ce que l'enfant apprenne à s'accepter, à s'aimer et à prendre conscience de sa propre valeur. Ils peuvent grandement faciliter le développement et la réalisation du potentiel dont il est génétiquement doté.


Ils peuvent accélérer son passage de la dépendance à l'indépendance et à l'autodétermination. Ils peuvent l'aider à apprendre à résoudre par lui-même les problèmes que la vie lui apporte inévitablement. Ils peuvent lui donner la force de faire face de manière constructive aux déceptions et aux douleurs habituelles de l'enfance et de l'adolescence.


De tous les effets de l'acceptation, aucun n'est aussi important que le sentiment intérieur de l'enfant qu'il est aimé.


Car accepter l'autre "tel qu'il est" est véritablement un acte d'amour ; se sentir accepté, c'est se sentir aimé.

En psychologie, nous commençons à peine à prendre conscience de l'énorme pouvoir du sentiment d'amour : il peut favoriser la croissance de l'esprit et du corps, et constitue probablement la force thérapeutique la plus efficace que nous connaissions, pour réparer les dommages psychologiques et physiques.


L'acceptation a besoin d'être manifestée concrètement pour que l'enfant la ressente


C'est une chose pour un parent de ressentir de l'acceptation envers son enfant ; c'en est une autre de faire en sorte que cette acceptation soit ressentie. Si l'acceptation d'un parent ne se transmet pas à l'enfant, elle ne peut avoir aucune influence sur lui. Un parent doit apprendre à manifester son acceptation pour que l'enfant la ressente.


Des compétences spécifiques sont nécessaires pour pouvoir le faire. La plupart des parents ont cependant tendance à considérer l'acceptation comme une chose passive - un état d'esprit, une attitude, un sentiment. Il est vrai que l'acceptation vient de l'intérieur, mais pour être une force efficace pour influencer l'autre, elle doit être communiquée ou démontrée activement. Je ne peux jamais être certain d'être accepté par un autre jusqu'à ce qu'il le démontre de manière active.


Le conseiller psychologique professionnel ou le psychothérapeute, dont l'efficacité en tant qu'agent d'aide dépend tellement de sa capacité à démontrer son acceptation du client, passe des années à apprendre comment mettre en œuvre cette attitude à travers ses propres habitudes de communication. Grâce à une formation formelle et à une longue expérience, ils acquièrent des compétences spécifiques pour communiquer l'acceptation.


Parler peut guérir, et parler peut favoriser un changement constructif. Mais il faut que ce soit le bon type de discours.

Il en va de même pour les parents. La façon dont ils parlent à leurs enfants déterminera si ceux-ci seront utiles ou destructeurs leur développement. Le parent efficace, comme le conseiller efficace, doit apprendre à communiquer son acceptation et acquérir les mêmes compétences de communication.


Les parents qui suivent nos ateliers demandent parfois avec scepticisme : "Est-il possible pour un non-professionnel comme moi d'acquérir les compétences d'un professionnel de la relation d’aide / psy ?" Il y a [soixante] ans, nous aurions répondu "non". Cependant, l’expérience montre qu’il est tout à fait possible pour la plupart des parents d'apprendre à devenir des agents d'aide efficaces pour leurs enfants. Nous savons maintenant que ce n'est pas la connaissance de la psychologie ou une compréhension intellectuelle des gens qui fait un bon conseiller. Il s'agit avant tout d'apprendre à parler aux gens de manière "constructive".


Les psychologues appellent cela "communication thérapeutique", ce qui signifie que certains types de messages ont un effet "thérapeutique" ou sain sur les gens. Ils les font se sentir mieux, les encouragent à parler, les aident à exprimer leurs sentiments, favorisent un sentiment de valeur ou d'estime de soi, réduisent la menace ou la peur, facilitent la croissance et le changement constructif.


D'autres types de discours sont "non thérapeutiques" ou destructeurs. Ces messages ont tendance à faire en sorte que les gens se sentent jugés ou coupables ; ils limitent l'expression de sentiments authentiques, menacent la personne, favorisent les sentiments d'indignité ou de faible estime de soi, bloquent la croissance et le changement constructif en amenant la personne à défendre plus fortement sa manière d'être.


Si un très petit nombre de parents possèdent intuitivement cette compétence thérapeutique, la plupart d'entre eux doivent passer par un processus qui consiste d'abord à désapprendre leurs modes de communication qui abiment la relation, puis à apprendre des modes plus constructifs. Cela signifie que les parents doivent d'abord examiner leurs habitudes de communication pour voir par eux-mêmes en quoi leur discours est destructeur ou non thérapeutique. Puis, qu'ils apprennent de nouvelles façons de répondre aux enfants.

Leur vie de famille en sera transformée !


Par Thomas Gordon

____


Participez à un Atelier Gordon pour acquérir ces compétences !

Atelier Parents

Atelier Professionnels de la petite enfance et de la jeunesse Atelier Enseignant Atelier Jeunes


___


Article original : https://www.gordontraining.com/parenting/how-can-parents-get-their-kids-to-talk-to-them/

bottom of page